A la rentrée scolaire de 1946 nous arrive un personnage: Henri Marcilloux. L'homme est né le 12 octobre 1910 à Saint-Marti-Sepert, en Corrèze. Mais c'est à l'école normale de Rouen qu'il effectuera ses études d'instituteur. Son premier poste est pour Petit-Quevilly. Le voilà bientôt directeur de l'école encore mixte de Yainville. Il assure dans le même temps les fonctions de secrétaire de mairie auprès de Gaston Passerel. Il est parfois suppléé par son épouse.

47-48

Année scolaire 47-48

En 1948, on décida d'implanter un panneau de chaque côté de l'école pour prévenir les automobilistes de son existence. La limitation était alors fixée à 20 km/h pour les camions et 30 pour les voitures. A cette époque, c'est Madame Colignon qui est chargée de l'entretien des locaux.
Le 20 avril 1949, le conseil municipal eut à se prononcer sur  l'édification d'un groupe scolaire.Le choix se portait sur un terrain communal jouxtant l'école Seul mon père, Raphaël Quevilly, proposa qu'il fut implanté près de la cité EDF pour profiter de son tout-à-l'égoût et maintenir ainsi le terrain communal à l'usage des fêtes. Il ne fut pas suivi par les sept autre votants. Le 4 décembre de la même année, la décision fut prise de mettre en chantier deux classes. Plans et devis furent confiés à Roger Pruvost.

Gérard Fontaine se souvient...
"...Vous savez, quant on a un gamin à mettre à l’école et qu’on est marinier, y’a pas trente-six solutions, c’est la pension ! Soit celle de la batellerie, à Conflans Sainte-Honorine, mais ça coûte, ou bien la famille, c’est moins cher. Pour moi, ce sera chez mes grands-parents paternels à la campagne..." Fils de batelier, Gérard Fontaine a débuté sa scolarité à Saint-Pierre-de-Varengeville. A la rentrée de 1953, il sera pris en charge cette fois par sa famille de Yainville. Trois ans. Aujourd'hui co-animateur du musée du Patrimoine des Ecoles à Amfreville-la-Mi-Voie, il a bien voulu nous confier ses souvenirs. Epiques... 

"Je suis arrivé à Y……. chez ma tante, et mon oncle aussi, bien entendu, ils nont pas d’enfants et c’est surtout elle qui va compter dans mon éducation. Brave femme, contremaîtresse dans une savonnerie, elle a une passion, son boulot et deux idoles : Dieu et moi ! Chrétienne accomplie, elle a réussi à faire de moi un enfant de chœur zélé pas forcément convaincu de l’importance de sa tâche mais appliqué dans son exécution. De plus, nous avions un curé super, pas vraiment Don Camillo car sa stature  empêchait toute confusion avec Fernandel, il avait une allure qui forçait le sourire mais interdisait toute raillerie. Je suis d’une génération d’individus qui, même s’ils ne partageaient aucune de leurs idées, respectaient le maire, le curé, le garde-champêtre, l’instituteur et en général tous les adultes. Donc notre curé se déplaçait sur une antique pétrolette qui refusait obstinément de démarrer à la pédale et nous le poussions dans la descente en inhalant une bonne dose de Solexine. Après avoir effectué un demi-tour savant, il remontait la côte dans un envol de soutane, poursuivi par un panache de fumée nauséabonde tel une corneille géante qui aurait eu le feu au cul.
Dans notre village, l’instituteur, franc laïc d’une grande tolérance était copain avec le curé et nous laissait volontiers du temps pour vaquer à nos occupations religieuses à la condition expresse :  que notre travail n’en souffre pas.
"Mes copains de l'époque s'appelaient Pierre Combes, Jacques Cotelle, Rémy Morisse, Jacques Bellet (son frère Alain est plus âgé), les frères Bruneau, Decaux, Carpentier, les cousins Bideaux, Charles et Alfred ????? et j'en oublie.
Les filles étaient Françoise Bougon, Martine Jégout, Chantal Kubista et sa cousine Maryvonne Lebon et d'autres dont les noms m'échappent. J'allais me baigner en Seine( et en douce) à côté de la centrale avec Alain Jung..."
Un des avantages de la fonction était les petites pièces qui tombaient dans l’escarcelle des enfants de chœur lors des cérémonies comme les mariages, baptêmes et enterrements. Les familles savaient se montrer généreuses et nous transformions ces espèces sonnantes en sucreries puis un peu plus tard en clopes que nous fumions derrière les haies. Nous prenions bien soin de garder quelques bonbons en réserve pour dissimuler l’odeur du tabac.Mairie-école Je peux dire que j’ai passé là trois années de bonheur total. A l’école, sous le regard de Monsieur M, je bossais comme un chef.  J’aimais Monsieur M, je ne sais pas, comme un oncle peut-être mais avec le recul inhérent à sa fonction, directeur d’école. Nous étions curieux l’un de l’autre, moi de son accent et de ses connaissances, lui de la vie à bord. Des heures à papoter. Dehors je m’éclatais. Trois ans à jouer au foot, fabriquer des cabanes dans la forêt et me foutre sur la gueule avec à peu près tous les mômes qui étaient sensiblement de mon âge et même plus vieux. Et après ça, pas de rancune, franchement copains sauf avec quelques parents qui me trouvaient un peu trop ‘’remuant’’. Mon oncle, qui avait hélas un penchant fort prononcé pour la dive bouteille , rentrait bien souvent le soir rond comme une bille,  ronflait jusqu'au retour de sa femme et, se faisant engueuler, mangeait sa soupe et partait se coucher. C’était un homme d’une grande gentillesse qui ne s’intéressait qu’à mes résultats scolaires, et ceux-ci étant bons, même excellents, il me fichait une paix royale. Je me présentais avec un ballon sous le bras en lui disant : « Je vais au stade » et hop le tour était joué. On me voyait partout et chacun me mettait bien sûr pas mal de conneries sur le dos .C’est vrai que j’en ai loupées très peu mais bon, faut quand même pas exagérer.

 
Décembre 54

Ce soir c’est les vacances de Noël, ma Mère va venir me chercher à la fin de la classe, nous allons gagner Rouen par le car de la CNA. Dernière récré, une heure de calcul et hop, à bord ! On sort dans la cour, il fait un temps moche, pas froid mais gris et humide. Il tombe une espèce de bruine à coller le bourdon et j’ai chaud dans mes bottes. Heureusement, dans deux heures on sera à Rouen, de là, on prend le train pour Paris, arrivée à la gare Saint-Lazare, le métro jusqu’à la porte de Saint-Ouen et embarquez ! Bon ! On fait quoi ? Un tournoi ? D’accord ! On va encore se faire engueuler par l’instit’ car à chaque fois que l’on joue à çà on se ramasse des gamelles magistrales et on rentre crades comme des peignes. Allez Pierrot, grimpe ! Je suis un petit trapu et c’est souvent moi qui fait le cheval et avec mon p’tit pote Pierrot on fait une belle équipe. Il est mauvais comme la gale et à ce jeu-là, rien ni personne ne nous résiste.

« Attends, y a l’autre abruti qui m’a balancé un caillou dans ma botte en dérapant dans la gravelle, bouge pas mon lapin, j’enlève çà  » !

« Dac, j’me cramponne  » ! 

« Merde ! Quel con ! » Y’en a un qui vient de nous faire tourner alors que je suis debout sur une patte. Je tombe, nous tombons, Pierrot par dessus moi, me demandez pas comment et çà fait’ crac’ !

« Toi, tu vas te faire engueuler par ta mère, y a un truc qui a percé ton pantalon ». 
Un truc qui a percé ? J’ai rien dans mes poches. C’est quoi çà ? Merde, ça saigne.
Un gosse se met à hurler, l’instit’ rapplique, regarde et devient blanc, mais plus blanc que blanc. Et moi, tout con mais même pas mal. J’vous jure, je ne sentais rien. Désespérez pas, c’est venu après et quand c’est venu, c’est venu. Aie, aie, aie quelle horreur. Vous vous rendez compte, le fémur était brisé en sifflet, avait percé les chairs, la peau et l’étoffe du pantalon. Les pompiers sont arrivés, pas tout de suite, m’ont installé dans leur fourgon mais sans mettre d’attelle à cause de mon fémur qui prenait l’air. Et on a attendu ma mère..."

Ainsi s'achèvent les souvenirs scolaires de Gérard Fontaine à Yainville. Sur une douloureuse opération. 



Mais revenons à cette année 1953, on hésite encore avant de porter son choix sur le terrain d'un nouveau groupe scolaire. Les travaux sont lancés. 

Souvenirs de Pierre Combe
Je me souviens des bancs en bois avec un trou en haut à droite pour l'encrier en porcelaine dans lequel on trempait son porte-plume dans l'encre violette, notre index etait tout marqué;  il y avait souvent des accidents et on rentrait a la maison le tablier tout taché.
Avec Jacques Cotelle nous étions enfants de choeur et, avant le début de la messe, M. le curé nous demandait d'aller acheter une bouteille de vin blanc chez Mme Greux. Pour le vin de messe.
Je me souviens de sa 4cv que l'on poussait pour la démarrer.
Le curé organisait tous les ans une kermesse dans un vieux château en ruine situé dans la plaine entre Yainville et Jumiéges. A cette occasion mon pére s' occupait du tournoi de foot.

A l' huilerie

Pour fabriquer l'huile, l'usine recevait des arachides dans des bateaux en provenance de Dakar. Un jour, le commandant a offert un singe a une personne du service entretien. Pendant plus de 15 ans, cette guenon, appelée " Fifille ", a cohabité avec le personnel de l'entreprise.


1956 voit l'ouverture d'une quatrième classe. 1957, c'est l'inauguration officielle du nouveau groupe scolaire de trois classes et deux logements auxquels sera adjointe une section enfantine. Arrivée depuis peu du Maine-et-Loire, c'est Josette Claudet qui va assurer la direction de cette école-là, dite école des filles. Même si les petites sections restent mixtes.

Mairie-école

Au premier plan, l'école des garçons. Dans la cour, à l'arrière, on aperçoit encore un petit débarras. Au second plan est l'école des filles. A gauche: la piste où nous allons faire du sport. Et puis la salle des fêtes où l'on va une fois par an à la visite médicale. La cuti nous fait hurler et puis ça sent l'éther et le pipi...

Dans ces années 50, la photographie scolaire a évolué. On posait jusque là en rang sur des bancs. Puis les clichés furent pris dans la classe. On fit aussi des portraits individuels si les parents y consentaient.

Michel Thiollent: 
« Pour l'année scolaire 1956/57, on portait encore la blouse grise. Le nom de l'élève était brodé en rouge sur la poche. Une toile peinte en vert-gris avec des fleurs jaunes, apportée par le photographe, servait de fond au portrait. Pour la pose, on devait tenir dans les mains un gros livre. » (document: Michel Thiollent).

Hors du nid, un livre de lecture obligatoire.
Parenthèse de Michel Thiollent.

Lire:LIRE

Jean-Claude Meseray raconte...

M. Marcilloux m'a bien souvent tiré les oreilles.Il avait aussi pour habitude de sanctionner ses mauvais élèves en pinçant la joue avec son pouce et son index. Redoutable efficacité.
Mes soeurs et moi avons quitte Yainville en 56. J'ai souvenir d'un Quevilly Jean-claude. A l'époque, le centre de Yainville était animé par les fils Grain, Ferdinand Boquet, Baronchelli.
Mes souvenirs d'école sont faits de Christian Marotte, Claudine Lecorre, Marie-Claude Pichon, Chantal Kubista. Nous allions jouer chez les Mustad.

Pour suivre: Les années 60