Yainville, c'était la centrale... Durant près d'un siècle, sa sirène aura rythmé la vie du village. Symbole de progrès social, on la pensait immuable, pendant moderne des ruines de l'abbaye. Quand la dernière explosion a abattu ses murs de briques rouges, j'ai lu dans le regard de mon père un sentiment amère. C'est tout un pan de sa vie qui venait de s'effondrer. Feuilleton.

LA CONSTRUCTION



Le 30 janvier 1889, la société Charles Mildé fils & Cie devient la Société Havraise d'Energie Electrique. Juteux contrat! Elle assurera la distribution dans la ville portuaire. Alors inexistante, l'électrification du pays est un formidable chantier qui s'ouvre.



 En 1917, la décision est prise de construire une centrale dans notre région. Yainville est retenu. La Seine permettra l'acheminement du combustible, l'alimentation des circuits en eaux de refroidissement. La voie ferrée est toute proche, le sol est sûr, le tissu industriel important.



En juin, la tranchée pour la prise d'eau est creusée. Pour ériger les bâtiments principaux qui abriteront chaufferie et salle des machines, on arrache des blocs de craie à la falaise. On travaille à l'ossature de la future centrale.




1919 : aménagement du parc à charbon au nord des bâtiments et parallèlement aux quais...






L'usine prend forme.











1920: le parc à charbon s'achève












Derrière le parc, sur la Seine, se dessinent les premiers appontements.

Ils recevront les bateaux et péniches chargés du charbon venant de Cardiff.



1920: la centrale est en cours d'achèvement. En novembre ont lieu les premiers essais de machines. Un paysan aura participé à la construction de la centrale. Il se verra consentir un bail de location pour la ferme et les herbages qu'il exploitera de 1921 à 1955.