Le maire écarté, l'église d'Yainville est enfin restaurée. Il va falloir maintenant la rendre au culte. Sous quelle forme, là est toute la question...
23 février 1846. Le préfet écrit à Metterie, conseiller municipal d'Yainville.

M. Lesain ayant donné sa démission des fonctions de maire d'Yainville, je vous envoie un arrêté par lequel je vous ai appelé à le remplacer.
L'affaire que vous avez à traiter maintenant d'urgence est celle relative à l'érection de votre église en succursale et comme le temps presse d'être en mesure pour obtenir ce titre, voici les formalités que vous aurez à produire...
Et l'on adresse à Metterie le même questionnaire que celui qui avait précipité la démission de Lesain.

Je vous recommande de vous faire rendre bien exactement toutes les pièces dont M. Lesain était dépositaire en sa qualité de maire et de veiller à ce qu'il n'en conserve par une seule.

Duclair sollicité

Le 27 février 1846, le maire de Duclair s'adresse au préfet.
M. Metterie, nouveau maire d'Yainville, m'écrit qu'il vient de recevoir de vous, M. le préfet, une lettre par laquelle vous lui demandez un certificat, pour me servir de ses expressions, du conseil municipal de la commune de Duclair, appelé sans doute à émettre son opinion sur le point de savoir s'il y a lieu d'admettre la demande des habitants de la commune pour obtenir une église. La lettre de M. Metterie ne contenant aucune explication, je vais lui en demander, mais comme il paraît attendre avec impatience la délibération qu'il sollicite, je viens vous prier, Monsieur le préfet, de m'envoyer l'autorisation nécessaire pour la convocation du conseil municipal, parce que par le même courrier, je vais écrire à M. Metterie de m'envoyer copie de la lettre que vous lui avez adressée, ce sera pour moi le moyen de connaitre d'une manière positive sur quel point je dois faire délibérer le conseil.

Un autre donateur


3 mars 1846. Au conseil d'Yainville, Metterie est entouré de Lafosse, Pinguet, Thuillier, Jeanne, Lambert, Delépine. Il s'agit de demander au préfet l'autorisation "pour que l'église d'Yainville soit érigée en succursale en établissant ses ressources qui consistent
1) en un legs de la somme de 10.000 francs fait par M. Lesain autant que cette église serait érigée en succursale et l'érection d'une fabrique.
2) En un testament de la somme de 2.000 F fait par M. Félix Jérémie Metterie, ancien commerçant, demeurant à Guerbaville, en date du 18 décembre 1845,  lequel porte qu'il n'aura son exécution qu'autant que l'église d'Yainville, en faveur de laquelle il est fait, recouvrirait son ancien titre de succursale.
Et l'érection d'une fabrique, par quoi le conseil municipal en adoptant les motifs de l'exposé ci-dessus pense que Monsieur le préfet, prenant en considération les dons ci-dessus militant en favcur de l'église d'Yainville voudra bien accorder l'autorisation demandée.



Jumièges hostile jusqu'au bout

Le 8 mars 1846, le conseil de Jumièges se réunit sous la présidence de Dupont, maire par intérim. Il y a là Philippe, premier adjoint, Heuzé, Cabut, Metterie, Lefebvre, Lebourg, Chantin, Mallet, Fauvel et Bicheray, inamovible secrétaire de séance.
On doit encore délibérer à la demande du préfet sur la demande d'Yainville d'ériger son église en succursale.
"Un membre observe que la demande de Monsieur le préfet doit paraitre d'autant plus extraordinaire que déjà l'année dernière le conseil a été consulté sur la réunion de la commune d'Yainville à celle de Jumièges, que Monsieur le préfet a pensé que cette réunion devait avoir lieu à raison de la faible population d'Yainville, et que les conseils d'arrondissement et de département se sont prononcés en faveur de cette réunion, on ne concevrait donc pas l'érection de l'église d'Yainville en succursale lorsque des communes de 5 ou 600 habitants telles que le Trait, Le Mesnil et autres ne peuvent pas même obtenir cette faveur.
Un autre membre fait observer que la question s'est déjà présentée devant le conseil le 2 octobre 1844, mais il ne s'agissait alors que d e l'érection en chapelle vicariale de l'église d'Yainville, l'avis du conseil fut qu'il n'y avait pas lieu à accueillir la demande des habitants d'Yainville, cette résolution fut prise à l'unanimité, le conseil de fabrique appelé aussi à en délibérer se prononça dans le même sens, les motifs qui ont déterminé et sur lesquels sont basés les délibérations subsistent-ils encore ? Oui évidemment et avec d'autant plus de raison que la demande d'Yainville est plus exorbitante.

On ne peut comprendre en effet qu'une commune dont la population n'est que 200 et quelques habitants qui ne possède ni presbytère ni revenu quelconque et pas un mètre de terrain communal s'imagine sérieusement de demander une succursale, depuis quelque temps, le bruit de cette étrange prétention s'était répandu dans les environs mais personne n'y croyait tant elle paraissait déraisonnable, les circonstances dans lesquelles elle se présentait, les motifs intéressés et très peu chrétiens qui l'avaient provoquée et appuyée témoignaient de la justice qui en serait faite.

Il est évident que la demande des habitants d'Yainville n'a pour but que de s'approprier le legs de feu Monsieur Lesain en faveur de l'église de Jumièges si celle d'Yainville n'est pas rendue au culte, d'après les volontés du testateur, ce legs 10.000 F doit être employé à l'achat de deux cloches et d'ornements d'église et quand cet argent aurait été dépensé pour garnir et orner le clocher et l'intérieur de l'église d'Yainville par quels moyens cette commune pourrait-elle subvenir à l'entretien du culte, au logement de son desservant ?

D'un autre côté, la fabrique de Jumièges est en possession du legs de Monsieur Lesain, elle l'a accepté par acte notarié en 1827, en vertu d'une ordonnance royale. L'exécution de ce legs a été consentie par les héritiers du testateur, la fabrique paya tous les frais de ces formalités et fit célébrer des messes pour le repose de l'âme du testateur, les héritiers et légataires de Monsieur Lesain devront veiller à l'exécution de ses intentions et demanderont qu'elles soient respectées. Ceux des habitants d'Yainville qui croient pouvoir faire changer la destination de la somme léguée s'abusent étrangement, c'est cependant cette idée là sur toutes qui les guide.
Monsieur Lesain, lui, considérait comme tellement impossible le rétablissement de l'église d'Yainville que, peu de temps avant son décès, comme maire et avec l'approbation de Monsieur le préfet et le consentement unanime de son conseil, il provoqua la vente des matériaux de cette église au profit de la fabrique de Jumièges. Ce projet ne reçut point d'exécution uniquement par suite des craintes qu'inspirèrent la solvabilité du somissionaire.
Si Monsieur Lesain avait eu le moindre désir du rétablissement de l'église de sa commune, est-ce qu'il n'y aurait pas affecté spécialement l'objet de sa libéralité,
Les réparations faites à l'église d'Yainville comme monument historique n'ont pas arrêté les enquêtes de Monsieur le préfet pour la réunion de la commune d'Yainville à celle de Jumièges qui parait si naturelle.
Le conseil municipal de Jumièges, dans l'intérêt de ses habitants et de son église, chef-lieu de la presqu'île, qui a un si grand besoin de restauration et d'ornements doit protester contre la demande de la commune d'Yainville qui est réunie depuis si longtemps pour le spirituel et l'instruction primaire à Jumièges.
Sur quoi délibérons :
Le conseil municipal décide qu'il n'y a pas lieu de donner un avis favorable à la demande des habitants d'Yainville d'ériger leur église en succursale et proteste en tant que besoin contre prétention....

Les paroissiens de Jumièges aussi

Le 16 mars, le conseil de fabrique de Jumièges se réunit à son tour sous la présidence de Heuzé. Dupont est là, le curé Prévost, Mabon, Amand et Dossier, membres de droit et élus.
On y retrouve les mêmes termes qu'au conseil. "La prétention des réclamants est plus déraisonnable, il est impossible que cette prétention soit accueillie des autorités temporelles et ecclésiastiques. "O
ui, Yainville est plus privilégié que le moindre hameau de Jumièges. Oui, Yainville veut mettre la main sur les 10.000F, oui l'église de Jumièges en a cruellement besoin et sa fabrique a été autorisée par ordonnance royale à accepter ce legs. "Des mesures conservatoires ont été prises à ce sujet vis-à-vis du légataire particulier de Monsieur Lesin, charger de payer les 10.000F, par Monsieur Casimir Caumont, aucien maire de Jumièges."
Et qui est ce légataire particulier. Tout simplement le maire d'Yainville. On comprend son attitude...
"La fabrique de l'église, mise ainsi en possession du legs de Monsieur Lesain, sans contestation aucune, a payé tous les frais occasionnés par l'acceptation et a fait célébrer des services pour le repos de l'âme du testateur.
D'accord en cela avec le conseil municipal de la commune de Jumièges, le conseil de fabrique proteste contre la demande des habitants d'Yainville et décide à l'unanimité qu'il n'y a aucun motif plausible d'y faire droit..."

Le préfet tranche


Le 17 mars, le préfet prend sa décision :

Nous, pair de France, préfet,
Vu la demande formée par les membres du conseil municipal de la commune d'Yainville tendant à faire ériger en succursale l'église de cette commune et la délibération régulière de ce même conseil municipal du 3 mard 1846,
Vu le certificat du maire constatant que la commune possède une église et un presbytère en bon état,
Vu l'inventaire des vases sacrés, linges et ornements appartenant à l'église,
Vu le tableau indiquant les villages et hameaux qu seront attribués à la nouvelle succursale ainsi que les difficultés de communication de l'église à ériger avec la succursale actuelle (Jumièges),
Vu le plan indiquant la distance qui sépare l'église d'Yainville et celle du Trait et de Jumièges et le plan cadastral de la commune d'Yainville à l'échelle de 1 à 10.000 mètres établissant la contenance superficielle par hectares des communes d'Yainville et de Jumièges,
Vu la délibération du conseil municipal de Jumièges défavorable à l'érection,
Vu le certificat du maire d'Yainville constatant que la population de cette commune est de 306 habitants et celui du secrétaire général indiquant celle de la commune de Jumièges,
Vu la liste des souscriptions recueillies dans la commune s'élevant à 322F 50,,
Vu l'extrait d'un testament olographe en date du 14 février 1841 (!) par lequel le sieur François Lesain a donné une somme de 10.000 F à la commune d'Yainville dans le cas où l'église de cette commune acquérait un titre paroissial avant l'époque où cette somme sera exigible, c'est à dire au mois de juillet prochain,
Vu la promesse faite par le sieur Metterie de (léguer à la commune) d'Yainville une somme de 2.000F sous la même condition.
Vu l'avis de Mgr l'archevêque de Rouen,
Vu la circulaire ministérielle du 26 août 1842 et celle du 12 avril 1844,
Considérant que l'église de la commune d'Yainville nouvellement restaurée offre de l'intérêt sous le rapport de l'art, cette église remontant au XIe siècle, qu'il importe pour cette raison de la confirmer, que cette église (possède) les choses nécessaires à l'exercice du culte, que la commune possède un presbytère en bon état, que la distance qui la sépare du chef-lieu paroissial est très considérable (2 kilomètres), ce qui prive souvent les habitants, surtout durant l'hiver, d'assister aux offices divins,
Considérant que si l'église était érigée, elle serait d'un grand secours pour les 300 habitants du hameau d'Heurteauville dont elle n'est séparée que par la Seine tandis que ce hameau est très éloigné de Jumièges,
Considérant qu'au moyen des 1.200F dont il est question plus haut la commune d'Yainville une fois érigée en succursale sera en mesure de pourvoir aux frais du culte et à l'entretien du prêtre en plaçant la dite somme en rente d'Etat.
Considérant que la paroisse de Jumièges dont la population s'élève à 2.000 habitants est assez considérable pour se suffire à elle-même et que dès lors il n'y a pas lieu de s'arrêter à son opposition,
Considérant que si d'autres communes ont plus de droits à l'érection en succursale à cause de leur population, cette faveur pourra leur être accordée plus tard tandis que si la commune d'Yainville n'était pas érigée de suite, elle ne le serait jamais parce qu'en perdant les 10.000 F donnés par le sieur Lesain et les 2.000 F du sieur Metterie, elle perdrait en même temps les moyens de subvenir aux frais du culte et à l'entretien d'un prêtre.
Sommes d'avis qu'il y a lieu nonobstant l'opposition du conseil municipal de Jumièges d'ériger en succursale l'église de la commune d'Yainville,
Arrêtons en conséquence que le présent avis sera adressé avec les pièces à l'appui à Monsieur le ministre de la Justice et des Cultes prié de provoquer l'ordonnance royale nécessaire/
Rouen le 17 mars 1846.

Louis Philippe décide

Le 23 mars, le préfet écrivait au ministre des Cultes. Il lui avait transmis tout le dossier, mais la délibération du conseil de fabrique de Jumièges lui était parvenue après cet envoi.
"Je m'empresse de vous transmettre un exemplaire de la délibération prise le 16 de ce mois par le conseil de fabrique de l'église de Jumièges sur le projet d'érection en succursale de l'église d'Yainville.
J'ai eu l'honneur de vous adresser le dossier de cette affaire le 17 de ce mois.
Le motifs d'opposition du conseil de fabrique ne sont pas de nature à changer les propositions toutes favorables à la demande en érection que j'ai eu l'honneur de vous adresser."

L'ordonnance de Louis Philippe intervint le 3 mai 1846.

La prudence du député

Le député Rondeau, qui avait œuvré à cette victoire, écrivit aussitôt au préfet.
"L'église d'Yainville est érigée en succursale depuis 2 à 3 jours, l'ordonnance est rendue, j'en ai l'avis officiel et je pense qu'elle vous est peut-être déjà adressée. Je l'ai écrit au maire (Metterie) mais malgré son zèle, il pourrait facilement commettre quelque faute administrative capable de compromettre les intérêts de cette fabrique à l'instant où elle va avoir à recueillir le legs de 10.000 F qui périmerait à son préjudice si tout n'était pas accompli avant le mois de juillet prochain. Je vous prie donc, Monsieur le préfet, d'avoir la bonté de faire veillet, dans l'intérêt de la fabrique d'Yainville, à ce que les formes nécessaires pour la mettre en possession soient observées à temps.

Yainville va-t-il avoir son argent? Yainville va-t-il avoir son curé? Comment réagira Jumièges? La suite au prochain épisode.






Pour suivre : le dénouement