Notes de lecture de Jean-Philippe Joly

Boujou tertous,


Récllamaez men p'tit live tcheu voute Maison de la presse et libraire, que cha seit à Paris, en Brétanne ou en Savouée !
Enviez chu mêle pa la Teile és amins ! Merci byin des feis !
Eun live légi... d'aveu des pages en bllaunc pour mette les mots de tcheu vous !!!
Rémin


 
Quelques passages à titre d’exemples (ya pas les îles ichin) : 

LE NORMAND, UNE LANGUE QUI A RÉUSSI …

… En Sicile et en Italie du Sud

   Un patrimoine de deux cents mots normands a été relevé par les linguistes italiens : « La présence linguistique des mots des Normands s’est enracinée si profondément dans les dialectes siciliens qu’elle reste vivante de nos jours ». Bizarre mais vrai : les chevaliers normands sur la route des croisades ont administré de 1042 à 1194 ces régions où vivaient Grecs et Arabes (mais peu de locuteurs latins). Partis de Coutances, les frères Tancrède de Hauteville-la-Guichard ont amené avec eux nombre de soldats et d’aventuriers normands. Ils ont gouverné le Sud de l’Italie pendant un siècle et demi : période faste où se mêlent trois civilisations : grecque, arabe et normande.
   Exemples de mots normands utilisés en sicilien : acataer > accatari (acheter et aussi accoucher en Sicile). Bail (la cour) > ballio. Brie (planche pour pétrir. Le pain brié, serré, se conserve longtemps) > sbria, sbirga. Gardin > giardino. Gasté, wasté > gastedda, vastedda : très courant en Sicile (pain rond, fouace, beignet…). Mangi > manciari. Muchi > ammuciari (se cacher). Les enfants siciliens jouent à mmuccia-mmuccia et les normands à muche-muche !

… En Angleterre

   Guillaume le Bâtard devint le Conquérant le 14 octobre 1066 en écrasant Harold, son rival pour le trône d’Angleterre. Pendant quatre siècles, le normand est resté la langue de l’administration et de la cour. De là, dans l’anglais, la moitié du vocabulaire hérité du normand et du français mêlé à celui des paysans angles et saxons : le veau sur pied se dit calf mais sur la table veal, le cochon pig et pork
   Mots passés directement du normand à l’anglais : bouguette > budget et pouquette > pocket (poche, pochette qui revint en français avec pickpocket), caboche > cabbage (chou), cachi > catch (chasser, attraper), câté > castel (château), caundèle > candle (chandelle), quaire [tchair] > chair (chaise), coue > cue (queue), se crâoler > to crawl (ramper, se traîner, puis type de nage), étchurfaer > surf (éternuer),  étreit > strait (étroit), feire > fair (foire), fouorque > fork, joe > jaw (joue), gardin > garden (jardin), peire > pear (poire), pouore > poor (pauvre), raile > rail (rayure, raie), veie > way (chemin, voie), vipaer > weep (crier), viquet > wicket (guichet, petite porte)… Comme l’anglais est passé aux États-Unis et continue de conquérir le monde entier (y compris la Chine), on peut dire que le parler normand a bien réussi !!

… Au Québec

   Les Normands et Poitevins furent nombreux à émigrer au Canada français, apportant leurs parlers, prononciation, vocabulaire… Les Québécois qui viennent en Normandie ont l’impression de revenir chez leurs ancêtres ! Ils connaissent barrer (fermer la porte à clé), chani (moisi), cheu (chez), détourber (déranger), dreit (droit), eune écale (coquille), la fale (gosier, estomac), défalé (décolleté), eul halitre (la peau irritée), les gadelles (groseilles), la leune (lune), qu’ri (aller chercher)…

… En France 

  Avec le picard et le champenois, le normand fut une des premières langues d’oïl écrites. Au XIIe siècle, le Roman de Brut et le Roman de Rou (16 930 vers) du Jèrriais Wace, ainsi que la Chanson de Roland, le Roman du roi Arthur, furent écrits en partie en Normandie (un des auteurs connus du Roman de Renart est Richard de Lison). La langue française leur doit beaucoup : aucune œuvre en français à Paris ne remonte en effet au-delà du XIIIe s. car on y écrivait alors… en latin ! Des linguistes disent même ironiquement que le français est un patois tardif du normand et du picard (deux langues proches). Et que c'est donc pour cela que «  le français ressemble au normand » ! 
 
COUPLE

Accordâles : fiançailles
Amouchelaés : vivent ensemble sans être mariés
(s’) amouorêti : s’amouracher,  s’éprendre
Bouquenassyi : qui aime fréquenter plusieurs femmes
Caraumbolaer, caressaer : faire l’amour
Catin, lorique, poupaée, prâ, toupie, vésoun : femme débauchée
Courassyi , coureus,  fumellyi , soutoun : coureur de jupons
Hauntaer : fréquenter
Neuche : noce. Yête de neuche : être invité à une noce
Robin : homme à femmes
 
ENTOURAGE

(s’) accoquinaer : se lier d’amitié 
Avernoum, bénoum : surnom
Bagoulaer : faire des commérages, des rapsâodages
Faire des adorémus, des croupettes : faire des flatteries, des courbettes
Yête byin aveisinaé : avoir de bons voisins
No-z-a étaé byin ercheus : on a été bien reçus
Trachi des rabécots, du chicâtu : chercher querelle
 
OISEAUX SAUVAGES

Les ouésiâos, eun ouésé : les oiseaux, un oiseau
Beunettes : fauvettes
Bochu, rouoge-fale* : rouge-gorge
Câovette / cônèle : choucas / corbeau
Daunche-marette : bergeronnette
Graund corbin : grand corbeau (vit dans les falaises du Cotentin)
Mâove* : mouette
Mâovis* : grive mauvis*
Mêle, jâone-bé : merle
Mésigue : mésange
Mouéssoun : moineau
Plleu-plleu : pivert
Surguette : piège
 
GALETTE  (la galette à Georgette)

Écouoche : tourne-galette (maigue coume eune écouoche)
Galetyire, haityi*, tuule : poêle en fonte plate, tuile
    Eune demin-live de flleu (farine) de sarrasin
et eun godé de flleu de bllé
    Déeus bouons œus
    Eune pinchie de sé
    Mélaungi et dédragui (délayer) d’aveu eun lite dé lait, laissi arposaer eun miot, câoffaer la tuule, graissi, byin étende, doraer, artouornaer d’aveu l’écouoche…


Le parler normand                                               Table des matières
 
PRÉJUGÉS…………………………………………………………….
Le normand, une histoire ancienne …………………………………..
Le normand, une langue qui a réussi …
Un lent déclin… en Normandie
Le renouveau de la langue
 
MAITRISER LE NORMAND : LES BASES
Quelques notions de prononciation et d’orthographe
     Unité
     Grandes aires linguistiques
Vous avez dit grammaire ?
1. Verbes.
     Yête / ête : être
     Avaer : avoir
     Acataer : acheter
     Mouogi : manger
     Luure : lire
     Veî: voir
     Creire : croire
2.  Noms  3. Articles 4. Adjectifs 5.  Prépositions 6. Conjonctions 7. Pronoms  8. Adverbes……………………………………………………………….. 
 
MOTS ET EXPRESSIONS 
Faire connaissance
   Bien le bonjour
   Au quotidien
   Humeur et caractère
   Philosophie normande
   Jurons, insultes et noms d’oiseaux
Le TEMPS
   Le temps qui passe
   Le temps qu’il fait
   Abres et pllauntes
La famille et l’entourage
   Parents, aïeux
   Enfants
   Couple
   Entourage
Le corps
   Parties du corps
   Attitudes physiques
   Santé
   Habits et apparence
Les occupations
   Maison
   Travail
   Loisirs, jeux
   Paresse
Les animaux
   À la ferme
   Animaux sauvages
   Bestiaire fantastique
   Coquillages, crustacés
   Oiseaux sauvages
   Poissons
Dans la cuisine
À table
   Galette
   Épuqui eune crabe
   Tchuure eun peissoun
   Rôtisserie normaunde
   Teurgoule 
Menu normand
Beire, café et goutte
 
RIONS ET CHANTONS NORMAND
Josteries
Caunchouns
    Sus la mé d’Alfred Rossel
    Espère ma caunchoun
    Le petit goubelin
    Les Ouées de Pirou : La poue
Radio 
Au rayon cd 
 
Sur Internet
Bibliographie





Haut de page