Il éclusait consciencieusement, le sieur Maze. Par contre, son écluse était totalement à l'abandon. En 1830, des gens de Jumièges le dénoncèrent au préfet. En bons vézins...


A Monsieur le comte de Murat, conseiller d'État, préfet du département de la Seine-Inférieure,
Les soussignés membres du conseil municipal de la commune de Jumièges, arrondissement de Rouen,

ont l'honneur de vous exposer très respectueusement

que les désordres et l'immoralité que mènent (sic) depuis plusieurs années le sieur Maze, maire de la commune de Mesnil-sous-Jumièges, les forcent aujourd'hui à réclamer votre équité et justice pour qu'une semblable immoralité ne règne pas désormais dans un homme qui est revêtu du pouvoir de magistrat et qui doit montrer le bon exemple à ses concitoyens.

Sâ tous les jours...

Le maire Maze est loin de montrer à ses habitants de chemin de la vertu et de l'honneur puisqu'il est journellement dans un état d'ivresse et que dans cet état tout devoir est social est parti de chez lui et continue à s'enivrer avec des hommes immoraux ce qui cause le plus grand scandale dans la commune et tous les habitants en sont indignés.

Maze, non content de ce cette conduite infâme pour un magistrat et lorsque le conseil municipal est assemblé, ils engagent et provoquent les membres à aller s'enivrer avec lui et s'ils refusent à son invitation ou à contrarier son opinion qui est toujours mal fondée et irresonnable vu son état d'ivresse, ils les accable d'injures et de menaces très outrageantes, fait palpable, principalement le sieur Poisson, membre du conseil municipal et d'autres de ses colloporateurs (re-sic).

L'écluse à la mère Touzay

Ce maire dans son ivresse et dans son esprit abruti est un homme très dangereux et vindicatif et est capable de sacrifier le plus honnêtes de ses concitoyens à sa vengeance puisqu'il a dit présence de M. Poisson membre, et M. Fuche (?) ingénieur et autre présence de deux cantonniers, qu'il ne vouloit pas faire raccomoder l'écluse de Madame Touzé de la même commune pendant la basse mer parce que cela coûterait trop bon marché à Madame Touzé et qu'il vouloit que la ditte écluse soit raccomodée pendant la haute mer pour que cela coûte plus cher à la ditte Dame Touzé...
 et ayant aussi une écluse dans la même commune cour (?) de son gendre Decaux qui est totalement deperée et qui a besoin de réparations, ce qui lui a été observé par le conseil municipal auquel il fait réponse qu'il ne vouloit pas qu'elle fut raccomodée, mais il résulte de cette écluse qui ne peut opposer l'eau de couler que toutes les prairies de la commune se trouvent submergées et tous les foins exposés en grande partie à perdre totalement, faute que les digues et les fossés de la commune soient en bon état.


Il cache un déserteur !


D'après de semblables faits, vous voyez, Monsieur le préfet, l'intérêt général des habitants lésés par un homme qui devrait les... et que non content encore de violer des devoirs aussi sacrés, viole les intérêts des lois de la patrie puisqu'il a caché un conscrit retardataire chez son dit gendre et qu'il paraîtrait que cet individu serait porteur de faux papiers.

A ce qu'il vous plaise, Monsieur le comte, prendre les informations que vous désirez ordonner pour vous convaincre de la vérité des faits ci dessus énoncés, ordonner dans cette hypothèse ce que votre sagesse suggèrera, ce que faisant vous ferez un acte de vos innéfacables bienfaits.

Dans l'attente de votre décision qu'il sollicite croyez les exposants vos très respecteux et soumis serviteurs.

Présenté à la préfecture de Rouen le 22 mai 1830.

Notes

Jean Baptiste Maze s'est marié en 1793 à Marie Anne Rose Boutard.au Mesnil
A Jumièges, en 1790; Etienne Maze épousa Marie Anne Isaac
Jean Charles Mainberte épousa Emilie Caroline Mase en 1826.

Source

Document numérisé par Josiane et Jean-Yves Marchand, ADSM, 3 M 1072, transcription Laurent Quevilly.